juillet 1, 2021
23 mins read

L’Algérie coincée entre répression et espoir

Le boycott massif des élections et l’escalade de la violence policière éclipsent les élections législatives.

Sofian Philippe Naceur 24 juin 2021 in rosalux.de

Traduit de l’anglais via google.com

Les vagues de répression de ces derniers mois ont presque entièrement contraint le Hirak à cesser ses manifestations de rue. De vibrants rassemblements anti-régime ne se poursuivent qu’en Kabylie. L’opposition subit une forte pression et est même dos au mur. La tentative du régime de restaurer la légitimité des dirigeants politiques officiels du pays en élisant un nouveau parlement a certainement échoué. Les résultats des élections montrent cependant que la classe dirigeante ne considère plus les concessions envers l’opposition comme nécessaires. Une escalade des représailles de l’État se profile. Dans ce contexte, le Hirak a un besoin urgent de reconquérir les espaces publics afin d’éviter d’être finalement dépassé par les politiques contre-révolutionnaires actuellement menées par les militaires algériens.

Violences policières contre des manifestants, des centaines de militants, journalistes et manifestants arrêtés, gestes de menace et d’intimidation envers la société civile, représailles contre les commentaires critiques sur le régime dans les médias sociaux, poursuites en dissolution contre trois partis d’opposition et une ONG et même allégations liées au terrorisme contre des journalistes et militants ; Le régime de plus en plus autocratique de l’Algérie n’a laissé aucun doute ces derniers mois qu’il veut enfin mettre un terme au mouvement de protestation – principalement appelé en Algérie « Hirak » (en arabe pour « mouvement »). Avant les élections législatives controversées du 12 Juin e , les autorités ont encore accru la pression sur les organisations de la société civile et Hirak associés au mouvement.

Immédiatement après la dissolution du parlement par le président Abdelmajid Tebboune et la programmation d’élections anticipées en mars, les autorités policières et judiciaires ont intensifié leurs actions contre les manifestations du Hirak, qui ont de nouveau connu un afflux important depuis février 2021. Le schéma est tout sauf nouveau car le le régime avait déjà intensifié les représailles à l’approche de l’élection présidentielle de 2019 et du référendum constitutionnel de 2020, visant à intimider les manifestants, à forcer le Hirak à sortir de la sphère publique et, ainsi, à empêcher les actions perturbatrices prévisibles des opposants au régime le jour du scrutin . Contrairement à 2019, cependant, les généraux qui tirent les ficelles dans les coulisses avaient laissé les forces de police se retirer tôt avant le vote parlementaire de 2021.

En partie à cause des représailles, le Hirak et l’opposition avaient appelé au boycott électoral. Pendant des semaines, les militants du Hirak ont ​​tenté de résister à la violence policière croissante et de maintenir la pression sur le régime en organisant des manifestations. Mais en mai, les forces de police ont réussi à disperser violemment les manifestations du Hirak et même à les empêcher de se matérialiser pour la première fois depuis le début du soulèvement de masse en 2019. Depuis, les marches hebdomadaires des étudiants et les manifestations du vendredi revêtent une importance particulière et symbolique. car le Hirak – généralement organisé simultanément dans plusieurs quartiers de la capitale avant de converger vers le centre-ville – est systématiquement supprimé car les forces de police dispersent déjà les foules dans les lieux où les manifestants se rassemblent en premier lieu. Par conséquent, la police réussit à empêcher complètement les marches d’Alger. Néanmoins,d’importantes manifestations se poursuivent régulièrement , mais seulement à Béjaia, Tizi Ouzou et d’autres parties de la Kabylie, principalement habitées par des Berbères et un bastion de l’opposition.

« Pas d’élections avec le gang »

Malgré ces lourdes représailles contre les manifestants, le scrutin s’est déroulé dans une ambiance tout sauf calme et sereine. A la veille du scrutin, des manifestations importantes ont eu lieu en dehors de la Kabylie pour la première fois depuis des semaines, notamment à Sétif et Mostaganem. Dans plusieurs communes des provinces de Bouira et Béjaia, des jeunes ont été provoqués par des interpellations nocturnes et se sont heurtés à la police le jour du scrutin. Pendant ce temps, les électeurs algériens ont pour la plupart répondu aux appels à voter avec indifférence ou un boycott actif. Des dizaines de bureaux de vote en Kabylie ont été pris d’assaut par des manifestants, des urnes ont été volées et des bulletins de vote ont été jetés dans les rues ou même incendiés. En raison de ces événements, l’élection n’a pratiquement pas pu avoir lieu à Tizi Ouzou et à Béjaia. A l’image des votes précédents, les opposants à l’élection se sont rassemblés dans les rues de plusieurs villes d’Algérie, se sont alignés devant les poubelles et ont symboliquement jeté à la poubelle des bulletins de vote faits maison .

Avec le vote parlementaire cependant, les généraux ont fait un pas de plus vers la restauration formelle de la façade pseudo-démocratique du pays. L’Assemblée nationale nouvellement « élue » manque néanmoins de légitimité car le vote n’a été ni libre ni transparent. Clairement en ligne avec le slogan proéminent « Makesh intikhabat maa el 3issabat » (en arabe pour « Pas d’élections avec les gangs »), omniprésent dans les marches du Hirak depuis des semaines, les électeurs se sont largement abstenus lors du scrutin. Selon les chiffres officiels, le taux de participation s’élevait à seulement 23% et est tombé à un niveau record. Mais même ce chiffre a peut-être été embelli, selon les allégations de l’opposition dirigées contre l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), dont les membres sont tous nommés par le président sans aucun contrôle indépendant. Sans surprise, les partis d’opposition ont qualifié le scrutin de « farce ». « La fraude électorale est le moyen privilégié du régime pour coopter sa clientèle et la maintenir au pouvoir », a déclaré le parti d’opposition libéral de gaucheRassemblement pour la Culture et la Démocratie (Rassemblement pour la Culture et la Démocratie, RCD) lit.

Retour d’une « alliance présidentielle » ?

Les fraudes électorales apparemment renouvelées et systématiques, les campagnes de boycott réussies du Hirak, et l’opposition et les représailles qui pleuvent sur les militants du Hirak depuis des mois ont, entre-temps, presque bouleversé les résultats des élections.à une affaire mineure. Cependant, les résultats sont assez surprenants car deux anciens partis clés du régime, le Front de libération nationale (Front de libération nationale, FLN) et le Rassemblement national démocratique (Rassemblement national démocratique, RND), ont obtenu de bons résultats de manière inattendue – bien qu’ils aient été fortement discrédités dans la société algérienne. . L’ancien parti de l’unité FLN, qui a été au pouvoir presque sans interruption depuis l’indépendance de l’Algérie vis-à-vis de la France en 1962, est même revenu au parlement comme le parti le plus fort et a remporté 98 des 407 sièges. Le RND a gagné 58 sièges. Cependant, les bonnes performances attendues du camp islamiste-conservateur coopté par le régime ne se sont pas matérialisées. Le président du Mouvement islamiste-conservateur pour la société et la paix (Mouvement de la Société de la Paix, MSP), Abderrezak Makri, avait même exprimé l’espoir d’une victoire électorale avant le scrutin. Bien qu’avec seulement 65 sièges, le parti – formellement au gouvernement dans une coalition avec le FLN et le RND entre 2002 et 2012 – est loin de répondre à ses propres attentes. Le spin-off du MSP El Bina a remporté 39 sièges, le Front nationaliste du futur (El Mostaqbal) 48 et les listes indépendantes 84.

Un tel résultat n’aurait guère surpris personne avant le début du soulèvement de masse national contre l’ordre au pouvoir en février 2019. Compte tenu de la réputation effectivement ruinée du FLN et du RND, les résultats des élections sont étonnants – et même inquiétants. Le régime semble ne plus considérer nécessaire d’offrir des concessions politiques. En ce qui concerne le nouveau gouvernement, cela implique également que précisément les partis explicitement visés par le soulèvement de masse pourraient être à nouveau chargés de former un gouvernement. Même une relance de la coalition composée du FLN, du RND et du MSP, alors soutenue par l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, n’est pas à exclure.

Que cette prédiction se matérialise ou non reste incertain, en partie parce que l’ancienne base de pouvoir de Bouteflika est confrontée à la concurrence au parlement. Une semaine après le vote, le porte-parole de la liste « indépendante » et affiliée à l’armée Solid Wall (El-Hisn El-Matin) , Yacince Merzougui, a annoncé lors d’une conférence de presse à Alger la formation d’une  » alliance parlementaire « .‘ après des entretiens avec d’autres représentants de partis et députés. Son objectif : « Accélérer la mise en œuvre du programme présidentiel ». Selon Merzougui, la liste a remporté 27 sièges, se considérant comme le principal concurrent du FLN et une « force efficace sur la voie d’un véritable changement ». Merzougui a été mis en scène dans les médias algériens contrôlés par l’État pendant des mois alors qu’il ne cache pas sa position favorable à l’armée. On ne sait toujours pas quelle aile du régime soutient la liste et quelles ambitions elle poursuit, mais le bras de fer autour du bureau du Premier ministre algérien pourrait tôt ou tard révéler des informations sur la lutte de pouvoir opaque en cours au sein du régime.

Insurrection de masse et riposte contre-révolutionnaire

Pendant ce temps, le pays reste coincé dans une impasse politique. Les élections législatives et la résistance continue du Hirak contre le régime de plus en plus autoritaire illustrent clairement que la crise politique en Algérie est tout sauf terminée. La crise avait déjà éclaté en février 2019. Immédiatement après que « l’alliance présidentielle » menée par le FLN et le RND ait à nouveau nommé de façon grotesque le chef de l’État Bouteflika pour un cinquième mandat aux élections présidentielles, des manifestations spontanées ont éclaté en Kabylie et dans plusieurs villes à travers l’Est algérien contre la candidature renouvelée du président malade, en fauteuil roulant depuis qu’il a subi un accident vasculaire cérébral en 2013.

En quelques jours seulement, ces manifestations se sont rapidement transformées en un impressionnant mouvement de masse balayant tout le pays et mobilisant presque toutes les classes sociales, appelant à la démission immédiate de Bouteflika et à la fin du système politique opaque, érodé par la corruption et le népotisme. « Makesh al khamsa ya Boutefika » (en arabe pour « Pas de cinquième [mandat], Bouteflika ») a résonné bruyamment dans les rues algériennes pendant des semaines. Six semaines après le début de la révolte de masse toujours pacifique, l’armée dirigée à l’époque par le chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah a forcé Bouteflika à démissionner. Cependant, les protestations se sont poursuivies dans toute l’Algérie et se sont désormais dirigées vers les dirigeants militaires eux-mêmes. Le Hirak n’était pas satisfait des remaniements cosmétiques de la haute direction politique du pays promus par Gaïd Salah. ‘ Yetnahaw Ga3‘ (Arabe pour ‘Vous devez tous y aller’) est devenu le nouveau slogan clé du Hirak.

Malgré les manifestations de masse anti-régime en cours à travers le pays, la direction de l’armée a orchestré des élections présidentielles en décembre 2019. Malgré une faible participation et une fraude électorale évidente , l’armée a installé Abdelmajid Tebboune, un fidèle allié de Gaïd Salah et ancien Premier ministre. , dans le bureau le plus puissant de l’État. Pourtant, les manifestations se sont poursuivies sans relâche en 2020 et n’ont été interrompues que par la pandémie de Covid-19. Après que le Hirak eut cessé ses manifestations hebdomadaires en mars 2020 en réponse à la crise sanitaire, les autorités ont à nouveau renforcé leurs représailles contre le Hirak. Malgré une interruption de onze mois de protestation et plusieurs vagues d’arrestations pures et simples contre des militants, le mouvement a réussi à se mobiliser à nouveau dans les rues à l’occasion du deuxième anniversaire du Hirak, déclenchant une nouvelle vague de protestations.

Peu de temps après cependant, Tebboune a annoncé des élections législatives anticipées et a une fois de plus laissé les autorités policières et judiciaires algériennes se retirer. Les appels au boycott et les manifestations contre les élections ont exposé le scrutin comme une manœuvre pseudo-démocratique, bien que les actions respectives aient rebondi sur la direction du régime. Tebboune a néanmoins tenté de minimiser la résistance du Hirak contre le vote et a déclaré au journal français Le Pointque le Hirak avait perdu sa légitimité. Seule une minorité refuse les élections, a-t-il déclaré. Cette rhétorique n’est pas nouvelle. Déjà à l’approche de l’élection présidentielle de 2019, des policiers battaient les manifestants, tandis que les représentants du régime fulminaient contre une apparente majorité silencieuse qui soutient le gouvernement. Contrairement à aujourd’hui, cependant, des manifestations notables ont été organisées dans une grande partie de l’Algérie lors des élections de 2019. Aujourd’hui, le régime exploite de sang-froid la faiblesse du Hirak dans les rues pour mettre enfin un terme à la dynamique révolutionnaire qui subsiste dans le pays.

Répression systématique contre la résistance civile

Face à cette vague de représailles en cours, la glace s’amincit pour le Hirak. Après que la mobilisation récente et plutôt faible du mouvement a une nouvelle fois mis à nu le talon d’Achille du Hirak, le régime ne laisse aucun doute depuis des mois qu’il entend exploiter cette faiblesse à tout prix. Les représailles deviennent de plus en plus violentes et ciblent désormais également les organisations de la société civile établies. Alors que les manifestations se sont heurtées à un déploiement policier sans précédent dans les rues, les violences d’État et les arrestations ciblées d’activistes, de journalistes et de personnalités de l’opposition augmentent désormais fortement. Les avocats aussi, organisés en collectifs de base mis en place pour apporter une assistance juridique aux prisonniers politiques, sont désormais une cible pour les autorités. Depuis mars, le nombre de prisonniers politiques est passé de quelques dizaines à un total de 261 (au 22 juin 2021), selon le collectif militant Comité national de libération des détenus (CNLD ). Même le CNLD lui-même est désormais la cible de représailles de l’État, les autorités ayant temporairement arrêté plusieurs militants du CNLD brièvement après les élections. Les grèves de la faim des détenus politiques se sont également considérablement intensifiées depuis le début de l’année. Début juin, 80 prisonniers politiques ont entamé une grève de la faim collective dans la tristement célèbre prison d’El Harrach à Alger.

En attendant, les manifestants arrêtés sont de plus en plus menacés, intimidés et même torturés en garde à vue. Alors qu’il n’y avait initialement que quelques cas en 2019 et 2020 dans lesquels des militants détenus ont signalé des abus dans les postes de police, le nombre de ces signalements a massivement augmenté en 2021. L’un des cas les plus importants est celui de Walid Nekiche . L’étudiante a été arrêtée fin 2019 et avait signalé des agressions sexuelles dans un commissariat début 2021. Les autorités ne sont également plus retenues concernant des militants plus en vue. Le journaliste Saïd Boudour, déjà arrêté à plusieurs reprises dans la ville d’Oran, dans l’ouest de l’Algérie depuis 2019, a également déclaré peu après sa dernière arrestation en avril avoir été battu, menacé et maltraité en garde à vue. La sonnette d’alarme sonne déjà dans la société civile algérienne depuis des mois maintenant, car ces rapports réveillent des souvenirs des pratiques de torture exercées par l’appareil sécuritaire algérien pendant la guerre civile dans les années 1990.

Dans le même temps, les autorités poursuivent de plus en plus la liberté d’expression critique à l’égard du régime dans les médias sociaux et prennent des mesures contre les partis d’opposition et les ONG associées au Hirak. Après que la police eut perquisitionné le bureau de SOS Culture Bab El Oued dans un quartier ouvrier d’Alger et accusé l’organisation d’« activités subversives » et de « financement étranger » non autorisé, le ministère de l’Intérieur a déposé une demande légale de dissolution de l’éminent Hirak- association de jeunesse affiliée Rassemblement Actions Jeunesse (Rassemblement Actions Jeunesse, RAJ) . En outre, trois partis d’opposition associés au mouvement sont désormais menacés d’interdiction. Affectés par les procédures respectives sont les trotskystesParti Socialiste des Travailleurs (PST) , le Mouvement Démocratique et Social de gauche (Mouvement Démocratique et Social, MDS) dirigé par Fethi Ghares et l’Union pour le Changement et le Progrès (Union pour le Changement et le Progrès, UCP), présidé par l’éminent avocat Zoubida Assoul.

La répression « légalisée »

Cependant, l’inquiétude n’est pas seulement l’escalade massive des représailles contre l’opposition et le Hirak alors que le gouvernement a fait pression pour l’adoption ou la modification de plusieurs lois au parlement depuis 2020, ouvrant potentiellement la voie à l’oppression de toute forme d’opposition ou de critique du régime à long terme. . Le régime semble resserrer systématiquement certaines lois afin de légaliser la répression en cours et potentiellement à venir contre le Hirak et l’opposition, et de créer de nouveaux instruments de représailles contre les détracteurs du régime. Peu de temps après l’épidémie de Covid-19, le gouvernement algérien a adopté deux lois, accordant aux autorités des moyens supplémentaires pour gérer et restreindre la liberté d’expression en ligne critique du régime. La loi vaguement formulée contre la discrimination et le « discours de haine »pourrait également être utilisé contre des médias en ligne connus pour leurs positions critiques à l’égard du gouvernement, puisqu’il prévoit des peines de prison allant jusqu’à dix ans pour la diffusion de contenus discriminatoires via des « sites ou comptes électroniques ».

De plus, l’amendement au code pénal criminalise tout discours qui « porte atteinte à l’ordre et à la sécurité publics » ou menace « la sécurité de l’État ou l’unité nationale ». Les infractions correspondantes peuvent être punies d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison, tandis que la loi criminalise également la réception de fonds étrangers s’ils portent atteinte à « la sécurité de l’État », à « l’unité nationale » ou aux « intérêts fondamentaux de l’Algérie ». La modification du code pénal est notamment perçue comme une atteinte majeure à la liberté d’expression et à la liberté de la presse. L’ONG Reporters sans frontières (RSF) a vivement critiqué « ce projet de loi aux termes vagues et draconiens » qui vise « à censurer et intimider les médias en ligne et les internautes » et à « resserrer le bâillon sur la liberté de la presse », a déclaré RSF dans un communiqué. déclaration.

Parallèlement, les dernières tentatives des autorités pour discréditer le Hirak et les organisations ou individus associés au mouvement en évoquant des accusations liées au terrorisme risquent d’avoir de graves conséquences. Depuis 2020, les représentants du régime ont indiqué à plusieurs reprises que les groupes actifs dans le Hirak devraient être considérés comme des organisations terroristes – bien qu’initialement seulement de manière rhétorique. En avril 2021 cependant, le parquet d’Oran a formellement inculpé les deux journalistes Saïd Boudour et Jamila Louki, le défenseur des droits humains Kaddour Chouicha et neuf autres prévenus d’appartenance à une organisation terroriste. En juin, le régime a approuvé une nouvelle modification du code pénal, élargissant la définition du terrorisme en droit algérien et ouvrant la voie à la création d’une « liste nationale des personnes et entités » que l’État devrait classer comme « terroristes ».

Peu de temps auparavant, les autorités algériennes avaient classé le mouvement islamiste Rachad, principalement basé en Europe et en Amérique du Nord, et le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), créé en 2001 et prétendument infiltré par Les services de renseignement algériens, en tant qu’« organisations terroristes »‘. Alors que les allégations de terrorisme contre les groupes islamistes semblent plutôt être une manœuvre tactique, l’utilisation accrue par le régime d’accusations liées au terrorisme est principalement dirigée contre la Kabylie et les puissantes manifestations du Hirak, qui se poursuivent sans relâche dans la province. Déjà depuis 2019, les dirigeants du régime utilisent de plus en plus une rhétorique sectaire visant à diviser le Hirak et l’opposition selon les appartenances ethniques afin de monter Berbères et Arabes les uns contre les autres. Le régime tente intentionnellement de provoquer et de radicaliser l’opposition kabyle et reproduit de manière flagrante des tactiques autrefois appliquées par le régime colonial français en Algérie.

Les luttes de pouvoir au sein du régime se poursuivent

Alors que le régime de plus en plus militairement dirigé se retourne unanimement contre le Hirak, les luttes féroces pour le pouvoir entre les différentes factions de la classe étatique opaque et fragmentée se poursuivent sans relâche. Cependant, on ne sait toujours pas dans quelle mesure l’élite dirigeante s’est réorganisée depuis la mort surprenante de l’ancien chef de l’armée Gaïd Salah en décembre 2019. Sa fraction a rapidement pris la tête du régime après que le soulèvement de masse s’est matérialisé début 2019 et a progressivement éliminé les clans rivaux. en compétition pour l’influence politique et les privilèges économiques dans le sillage de la révolte. Gaïd Salah était considéré comme le moteur de la décision de l’armée de retirer Bouteflika et son entourage du pouvoir et de les neutraliser à l’aide d’innombrables arrestations et poursuites liées à la corruption. À ce moment-là,

Immédiatement après que le fidèle allié de Gaïd Salah, Tebboune, a pris la présidence de l’Algérie en 2019, le chef de l’armée est décédé subitement. Peu de temps après, la justice militaire a commencé à prendre des mesures contre les personnalités du régime affiliées à Gaïd Salah. Le chef d’état-major était devenu de plus en plus puissant depuis la destitution de Bouteflika et avait clairement affirmé sa revendication de leadership au sein de la classe étatique, mais non sans déclencher une résistance au sein de la classe dirigeante. Plusieurs officiers militaires de haut rang, considérés comme liés à la fraction du régime de Gaïd Salah, ont fui l’Algérie peu après sa mort, tandis que d’ autres sont jugés depuis par des tribunaux militaires .

Aujourd’hui, le nouveau chef d’état-major algérien Saïd Chengriha est sans conteste le nouvel homme fort de l’establishment militaire, même si ses ambitions restent floues. Sous sa direction, les autorités judiciaires algériennes continuent de sévir contre les anciens alliés de Bouteflika , tandis que d’autres personnalités du régime emprisonnées ont été libérées.et dégagé de toutes charges. Pendant ce temps, la fraction du régime de Mediène semble avoir été réhabilitée en coulisses – au moins partiellement – ​​ce qui offre à Chengriha des options pour continuer à faire pression sur Tebboune et sauvegarder les intérêts de l’armée et des services de renseignement. Les élections législatives et la formation imminente d’une nouvelle coalition sont des clés de la lutte acharnée pour le pouvoir au sein de la classe dirigeante puisqu’elles ouvrent effectivement la voie à une nouvelle trêve entre les différents clans du régime. Si aucun compromis entre Tebboune et Chengriha n’est trouvé, une intervention de l’armée est considérée comme possible. Le fait que Chengriha soit apparu à plusieurs reprises en civil à la télévision algérienne alors que Tebboune a été soigné dans un hôpital allemand pendant des mois en 2020 pourrait être perçu comme un signe de ses ambitions politiques.

A la croisée des chemins : dictature militaire ou nouvel élan pour le Hirak ?

La dynamique révolutionnaire en Algérie n’est pas encore terminée. Mais le Hirak et l’opposition manquent de temps alors que les querelles au sein des élites du régime semblent avoir été tournées avec succès vers un bras de fer plus ordonné. Les élections législatives ont clairement montré que le régime s’en tient à son approche intransigeante et qu’il ne considère pas nécessaire des concessions envers l’opposition algérienne. La faiblesse du Hirak dans les rues a redonné confiance en soi à la classe étatique. L’État réaligné et les dirigeants militaires semblent déterminés à défendre leurs privilèges politiques et économiques et, à cette fin, ils envisagent même de pousser à une confrontation ouverte avec l’opposition en Kabylie.

Les déclarations incitatives et provocatrices de hauts responsables de l’armée et des fractions civiles du régime contre la région traditionnellement rebelle doivent donc être considérées comme extrêmement dangereuses. Cependant, ils semblent avoir été lancés et exploités délibérément afin de diviser le Hirak et l’opposition, de les affaiblir et d’assurer le monopole du régime sur l’accès aux vastes revenus provenant des exportations de pétrole et de gaz de l’État. Dans ce contexte, le Hirak doit se réveiller de toute urgence de son apathie actuelle et reconquérir l’espace public à tout prix. Mais surtout, le Hirak a besoin de se structurer, comme l’a souligné le Prof. Dr. Rachid Ouaissa de l’Université de Marburgdans une interview peu après l’élection. Il fait référence au débat en cours sur la formation d’un « gouvernement provisoire », qui serait non seulement un « grand pas » mais aussi une « déclaration de guerre » envers le régime.

« La répression a empêché le Hirak de l’ Institut du Caire d’études sur les droits de l’homme (CIHRS) d’envisager une coopération avec le régime », analyse l’ agence . Les effets combinés de la pandémie de Covid-19, du « système politique fermé » de l’Algérie et de « l’espace civique restreint » ont empêché le Hirak de se coordonner en interne et de construire un mouvement structuré, selon le CIHRS. Aujourd’hui, seules la Kabylie et la diaspora algérienne en Europe et en Amérique du Nord sont considérées comme des atouts du mouvement. Cependant, afin d’exercer une pression sérieuse sur le régime algérien ou même de l’ébranler à nouveau, davantage d’action est nécessaire.

Pour les développements à venir en Algérie et afin de sortir de l’impasse politique actuelle, deux facteurs sont susceptibles d’être d’une importance significative ; le soutien des gouvernements européens au régime militaire d’Alger et la manière dont la crise sociale et socio-économique se traduira tôt ou tard par des grèves et des protestations sociales. Si le Hirak parvient à embrasser et à intégrer activement les actions des travailleurs de l’industrie dans le mouvement, l’opposition pourrait regagner du terrain et déclencher à nouveau une puissante dynamique dans les rues algériennes. De vigoureuses protestations sociales en 2017 et 2018 ont précédé le soulèvement de masse de 2019 et se sont à nouveau intensifiées depuis fin 2020. Le mouvement récemment réveillé des chômeurs dans la province sud algérienne de Ouargla en mars ou leLes manifestations des pompiers algériens à Alger , violemment dispersées par les forces de police, ont montré sans ambiguïté que la résistance civique contre les politiques économiques et sociales menées par le régime a le potentiel de remettre en cause une fois de plus l’ordre politique actuel. Un article publié dans le journal militaire El Djeich , qualifiant les manifestations des pompiers de « suspectes » et de « complot » de « partis hostiles au pays », a indiqué que le régime considère les manifestations sociales comme significatives et potentiellement menaçantes pour le Status Quo.

Mais la classe étatique algérienne s’est également préparée à une nouvelle confrontation possible avec le Hirak et l’opposition et peut être rassurée par le soutien des gouvernements européens. Malgré le soulèvement de masse, les autorités policières algériennes ont continuellement expulsé des immigrants et des réfugiés africains vers le Niger et le Mali presque sans interruption depuis 2019, violant de manière flagrante le droit international des droits de l’homme et des réfugiés, et se positionnant ainsi comme un partenaire fiable de l’Europe concernant les politiques européennes de migration et d’externalisation des frontières. Compte tenu des exemples de la Turquie et de l’Égypte, le régime d’Alger est rassuré que les violations des droits humains contre la population algérienne ne seront scandalisées par les gouvernements européens que dans une mesure limitée, lorsque la police algérienne adhérera à ses pratiques d’expulsion illégales.

Afin de gagner des marges de manœuvre supplémentaires, le régime dirigé par le président Tebboune et le chef de l’armée Chengriha a approuvé une réforme constitutionnelle en novembre 2020 . La révision constitutionnelle permet à l’Algérie pour la toute première fois de son histoire de déployer des militaires à l’étranger. Cette rupture de tabou offre notamment à la France et à l’Allemagne la possibilité de retirer leurs propres troupes déployées dans la région du Sahel en crise – notamment au Niger et au Mali – en les remplaçant par des unités algériennes. Peu de temps après que le président français Emmanuel Macron a annoncé la fin de la sanglante mission Barkhade dans la région et presque simultanément aux élections législatives en Algérie, Chengriha s’est rendu à Paris pour des consultations sur la situation au Mali. Alors que le ministère algérien de la Défensea réprimandé les rapports qualifiant cette visite de « mission secrète », le moment choisi pour la visite de Chengriha en France devrait être au moins considéré comme douteux. Les rumeurs sur la prétendue construction d’une base militaire dans le centre du Mali par la France destinée à l’armée algérienne alimentent, en attendant, les moulins des spéculations correspondantes.


Photo taken in February 2021: Hirak demonstrators protest against the early parliamentary elections, for the independence of the judiciary and the release of Hirak prisoners.Foto: picture alliance / abaca | Ammi Louiza/ABACA

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

على الدول الأعضاء بالأمم المتحدة الضغط على الجزائر لوقف حملة قمع الحريات وفضح انتهاكاتها الحقوقية علانية

Article suivant

القصة الكاملة لإبراهيم لعلامي: من إسبانيا إلى محكمة عين تموشنت

Latest from Blog

Gaza : la complicité écœurante de la bourgeoisie française

Par Politicoboy | 8 Mai 2024 | frustrationmagazine.fr Pendant que France Télévision diffusait la nuit des Molières de la Comédie française, l’armée israélienne a déclenché son offensive tant redoutée contre Rafah. Les premiers rapports font état
Aller àTop