août 18, 2021
3 mins read

Le_mal_est_profond

Par Abdelouhab Fersaoui 18/08/2021

L’horrible crime qui a coûté la vie à #Djamel_Bensmail a failli provoquer une autre tragédie si ce n’était pas l’intervention sage, responsable et lucide de son père qui a bien compris les enjeux. Sa déclaration est salutaire, elle a barré la route pour beaucoup de malfaiteurs voulant utiliser cette tragédie pour diviser le pays et semer des graines de la haine et de la division dans la société qui a beaucoup souffert des traumatismes.

Ce meurtre abject a généré à la fois des indignations et des compagnes haineuses et racistes fragilisant davantage la solidarité et la cohésion nationale.

Ce crime abominable et certaines réactions sur les réseaux sociaux qui cultivent la haine du soi et le rejet de l’autre, reflètent malheureusement, un mal et une crise très profonde dans notre société. Une réalité sociétale amère que beaucoup d’entre nous essaient à leur manière de la cacher sans qu’on se rende compte de sa gravité refusant en même temps de l’aborder avec objectivité et responsabilité.

Un mal qui a pris de l’ampleur et des proportions très inquiétantes voire dangereuses sous le regard et le silence de la majorité écrasante comme ça été le cas lors des violences conjugales répétées , des kidnapping d’enfants, des viols de femmes et des compagnies de haine qui n’ont pas commencé aujourd’hui.

Comment expliquer qu’au moment où une grande partie des algériens-es manifestent une solidarité exemplaire dans tous les coins du pays et de la diaspora pour venir en aide aux familles touchées et sinistrées par les feux de forêts qui ont ravagé plusieurs villages de Tizi Ouzou, faisant des dizaines de morts entre civils et militaires, un crime horrible est commis dans une place publique devant un commissariat de police et sous le regard d’une grande foule, suivi par une autre mcompagne de dénigrement contre la kabylie?

Pour moi, ce drame est le résultat de l’absence de confiance entre le gouverné et le gouvernant où les responsables-décideurs ont inculqué dans la société depuis des dizaines d’années la « culture du pouvoir » au lieu de la « culture d’Etat » basée sur des institutions légitimes, crédibles, fortes et indépendantes au service du peuple et capables d’anticiper et de gérer des crises et garantir les droits pour tous.

C’est le résultat des médias qui font plus dans la propagande que dans l’information et la communication.
C’est le résultat de la diabolisation de l’action politique et son remplacement par le populisme politique.
C’est le résultat de l’absence de véritables canaux de médiation dans la société et leur remplacement par des structures vides sans ancrage dans la société.

C’est le résultat de la polémique qui a pris la place du débat libre et contradictoire et responsable abordant tout les sujets sans tabou et dans le respect mutuel.

Sans oublier le système éducatif qui a faillit dans sa mission de produire des citoyens-es agissants-es, qui connaissent parfaitement leurs devoirs, leurs droits, leur histoire, leur identité et qui soient ouverts sur le monde avec un esprit critique, tolérant et de vivre ensemble dans le respect de la différence et de la pluralité.

Faisons de cette tragédie une opportunité pour poser de vrais questions, chercher des vraies réponses pour sortir l’Algerie de ce gouffre.

Il est temps d’ouvrir le débat, de déconstruire certains clichés et stéréotypes, de confronter les idées contradictoires, aborder les tabous pour construire ensemble l’Algerie plurielle qui sera sous forme d’une mosaïque où toutes les composantes sont différentes, mais l’ensemble forme une chef-d’œuvre. Cela n’est possible que si on permet aux algériens-es de s’exprimer et de s’organiser en toute liberté.

En ces moments difficiles, nous avons besoin d’un discours d’apaisement, de fraternité, de sagesse et non de la haine et de la division.

La lumière doit être faite sur ce lâche assassinat qui ne peut-être en aucun cas attribué à une région, mener une enquête impartiale, trouver les coupables, faire éclater la vérité et établir la justice en assurant des procès équitables.

Sans oublier d’assurer en urgence un accompagnement psycologique pour les enfants et les familles victimes et traumatisés par la perte de leurs proches et leurs biens et d’indemniser les familles et personnes touchées par cette tragédie.

Abdelouhab_Fersaoui 18/08/2021

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

معارض جزائري يتهم إسبانيا باعتقاله خدمة لأجندة نظام بلاده

Article suivant

[VIDEO] Apocalypse à Tizi Ouzou. Reportage.

Latest from Blog

Gaza : la complicité écœurante de la bourgeoisie française

Par Politicoboy | 8 Mai 2024 | frustrationmagazine.fr Pendant que France Télévision diffusait la nuit des Molières de la Comédie française, l’armée israélienne a déclenché son offensive tant redoutée contre Rafah. Les premiers rapports font état

Ce que la Palestine fait au monde

ALAIN GRESH · LE 2 MAI 2024 In orientxxi.info L’offensive israélienne contre Gaza depuis le 7 octobre montre plus que jamais l’impunité totale d’Israël et un soutien inconditionnel apporté à Tel-Aviv par la majorité

La gouvernance néolibérale en marche

Rafik Lebjaoui, Algeria-Watch, 21 Avril 2024 La gestion ultra autoritaire de la pandémie du Covid a indiqué clairement l’orientation choisie par l’oligarchie occidentale pour assurer le contrôle des populations et encadrer les
Aller àTop