novembre 24, 2023
4 mins read

Guerre entre Israel et Hamas ou guerre entre Israeliens et Palestiniens?

Lahouari Addi 22 NOVEMBRE 2023

Le conflit entre Israéliens et Palestiniens dure depuis plus de 70 ans et il demande à être traité avec impartialité par les observateurs qui ne sont ni Israéliens ni Palestiniens. L’impartialité dément les certitudes des protagonistes et favorise la paix car elle les pousse à trouver un compromis pour mettre un terme à un conflit trop coûteux en vies humaines.

Guerre entre Israël et Hamas ou guerre entre Israéliens et Palestiniens ?

Les sciences sociales auront du pain sur la planche lorsque les sociologues et politistes se mettrons demain à analyser le discours officiel et médiatique en Occident qui rend compte du conflit sanglant qui se déroule à Gaza. Ce discours montre une évidence qui semble échapper aux concernés : ils sont des protagonistes de ce conflit en choisissant de ne pas être impartiaux. L’analyse de contenu des déclarations des gouvernements et les commentaires des médias audio-visuels montrent une partialité frappante que les dirigeants et les journalistes n’arrivent pas à cacher, et l’on se demande même s’ils en sont conscients. Par exemple, il est question du conflit entre Israël et Hamas et non entre Israéliens et Palestiniens. Et là-dessus se construit une narration explicite selon laquelle le Hamas, soutenu et financé de l’extérieur, opprime les Palestiniens, d’où la mission pacificatrice et civilisatrice d’Israël, avec l’aide des Occidentaux, de les libérer. L’aviation bombarde des civils qui meurent par milliers, mais le responsable de ce massacre est le Hamas qui utilise les Palestiniens comme boucliers humains. Cette narration est la marque de la mentalité coloniale qui cherche à se donner une bonne conscience en prétendant libérer le colonisé des forces diaboliques que sa société aurait secrétées. Il arrive même que des journalistes américains et européens écrivent qu’ils sont étonnés que les Palestiniens ne rejettent pas en masse le Hamas et ne se révoltent pas contre lui. Dans l’inconscient colonial, le seul indigène qui a droit à la vie (misérable évidemment), c’est le harki qui accepte de façon obséquieuse le colonisateur.

La mentalité coloniale empêche de voir l’adversaire nationaliste comme une émanation de la société colonisée. Elle refuse cette réalité que le Hamas est populaire chez les Palestiniens parce qu’il traduit en actes violents la haine qu’ils ont vis-à-vis des Israéliens. Cette haine est réciproque comme l’indique le massacre par l’aviation israélienne à Gaza et les meurtres quotidiens en Cisjordanie commis par des bandes de colons armés. Les protagonistes de ce conflit se détestent mutuellement, mais la presse en Occident, à quelques exceptions près, s’émeut seulement de la violence du Hamas taxé d’organisation terroriste. Cette organisation, dont l’acronyme en arabe est le Mouvement de la Société pour la Paix (harakat el moujtama’ as-salmi), a été fondée pour terroriser les Israéliens dont l’Etat terrorise les Palestiniens. S’il n’est pas faux de dire que le Hamas est une organisation terroriste, il faut admettre aussi que l’armée israélienne est une organisation terroriste. C’est pourquoi l’ONU, mais aussi de nombreux organes et agences de presse, ne désignent pas le Hamas comme organisation terroriste. C’est un mouvement violent de libération nationale.

Dans un conflit d’une telle ampleur, et qui provoque des drames des deux côtés, la morale, et même le droit, sont impuissants. Un conflit politique ne se résout ni moralement ni juridiquement ; il se résout politiquement par une   négociation sur la base de ce que le Spectateur Impartial de David Hume considère comme la solution juste. Dans cette guerre qui dure depuis près de cent ans, le spectateur impartial est l’ONU que le véto américain paralyse dès qu’il y a une résolution juste pour mettre fin au conflit, comme si les États-Unis ne voulaient pas la paix dans cette région. Mais la solution à un différend politique est le résultat d’un rapport de force militaire, politique, économique et diplomatique. Les Israéliens se rendront compte, tôt ou tard, qu’ils ne vivront jamais en paix sur la terre des Palestiniens tant qu’ils ne feront pas la paix avec eux. Ils vivront quotidiennement avec la hantise d’être tués ou d’être pris en otages, avec une angoisse existentielle qu’aucun peuple au monde ne connaît. Mais au lieu de faire disparaître cette angoisse en faisant la paix avec les Palestiniens, ils demandent aux Américains et aux Européens de leur donner plus d’armes et plus d’argent pour tuer plus de Palestiniens, ce qui accroit encore plus l’angoisse existentielle. Car les jeunes survivants des massacres de Gaza se procureront dans dix ou vingt ans des armes en miniature qui feront des centaines de morts parmi ceux qu’ils considèrent comme leurs ennemis.

L’être humain n’est pas raisonnable lorsqu’il est impliqué dans un conflit politique. Il n’accepte de faire la paix et de reconnaître l’autre que lorsqu’il est obligé de le faire. Si la France coloniale avait négocié en 1955 ou en 1956 l’indépendance de l’Algérie avec le FLN, nommé aussi à l’époque organisation terroriste, des dizaines de milliers de Français et des centaines de milliers d’Algériens auront été épargnés. Il faudrait combien de morts d’Israéliens et de Palestiniens pour que ce conflit interminable se termine ? La question est à poser aux gouvernements des États-Unis et de l’Europe qui portent une lourde responsabilité dans cette guerre car c’est leur soutien inconditionnel qui encourage les Israéliens à surmonter leur angoisse existentielle et à tuer des Palestiniens à partir d’avions à technologie sophistiquée, comme si les pilotes s’adonnaient à des jeux vidéo. 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Entretien avec Maître Gilles Devers. La CPI peut-elle juger Israël ? Une armée d’avocats porte plainte pour « génocide »

Article suivant

HUMOUR: Malik Bentalha – L’heure de trop sur TNEWS (Parodie CNEWS)

Latest from Blog

De Ghazza il me manque l’odeur

Ghania Mouffok 23 février 2024 in Facebook Comment écrire, qualifier, juger, dire ce qui se passe sur les territoires découpés de la terre entière de la Palestine martyrisée, comment écrire sur ce
Aller àTop