mai 30, 2022
5 mins read

The Washington Post: Les dissidents algériens : Victimes de la répression ou hors-la-loi ?

FILE - Officers of the Algerian Rapid Intervention Force (BRI) patrol outside the palace of justice on Dec. 2, 2019. A team from Algeria's Rapid Intervention Force on March 24, 2022 put Mohamed Benhalima, 32, in their vehicle, strapping him with a protective vest before the ride to his still unknown destination, video on social media shows. hree days later, Algerians could watch the televised confession of Benhalima, who went from faithful servant of his homeland as a non-commissioned officer to supporter of a now-banned pro-democracy movement with a large social media following then deserter who fled to Europe. (AP Photo/Toufik Doudoud, File)

By Elaine Ganley | AP
May 28, 2022 at 7:08 a.m. EDT

PARIS – Mohamed Benhalima a l’air méfiant et effrayé lorsqu’il est conduit hors de l’avion à l’aéroport d’Alger, menotté et entouré du bras d’un agent de sécurité. Une équipe de la Force d’intervention rapide algérienne le fait ensuite monter dans son véhicule et l’emmène vers une destination inconnue.

La vidéo a été mise en ligne le 24 mars. Trois jours plus tard, les Algériens ont assisté à la télévision aux aveux de l’homme de 32 ans, qui a avoué son implication dans une organisation que les autorités ont répertoriée comme un groupe terroriste islamiste complotant contre le gouvernement algérien.

Autrefois fidèle serviteur de sa patrie en tant que sous-officier de l’armée, Benhalima est devenu un partisan du mouvement pro-démocratique algérien, puis un déserteur qui a fui en Europe. L’Espagne l’expulse après que l’Algérie ait émis un mandat d’arrêt à son encontre.

La scène de la confession a été rendue publique par la Direction générale de la sécurité nationale algérienne, dans ce qui pourrait être considéré comme un avertissement pour d’autres soldats ou citoyens.

Des centaines de citoyens algériens ont été emprisonnés pour avoir tenté de maintenir en vie le mouvement Hirak qui a organisé des manifestations hebdomadaires en faveur de la démocratie à partir de 2019, entraînant la chute du président algérien de longue date, Abdelaziz Bouteflika. Les marches ont été interdites l’année dernière par le gouvernement de la nation soutenu par l’armée.

Les autorités ont ensuite élargi leur enquête, reliant certains partisans du Hirak à deux groupes ajoutés à la liste des organisations terroristes de l’Algérie l’année dernière : Rachad, considéré comme des infiltrés islamistes dont les dirigeants se trouvent en Europe, et le MAK, un mouvement séparatiste de Kabylie, patrie des Berbères.

« Depuis deux ou trois ans, il y a des milliers d’affaires judiciaires contre des militants », a déclaré le célèbre avocat Mustapha Bouchachi. « Leur seule erreur est d’avoir exprimé leurs opinions politiques sur les médias sociaux… et de se battre pour un État de droit. »

Pour les autorités de cette nation nord-africaine riche en gaz, la garantie de la stabilité de l’État est au cœur de leurs actions. Pour les groupes de défense des droits humains, Benhalima et d’autres sont victimes d’un système de gouvernance injuste et archaïque qui considère les dissidents, ou toute voix critique, comme des criminels. Ils affirment que les autorités algériennes utilisent les menaces à la sécurité nationale pour étouffer la liberté d’expression, y compris parmi les journalistes, et justifier les arrestations.

Une campagne sur les médias sociaux, avec le hashtag #PasUnCrime (pas un crime) a été lancée le 19 mai par des dizaines d’organisations non gouvernementales contre la répression des droits de l’homme.

Le rapport 2021 du département d’État américain sur les droits de l’homme en Algérie a cité une longue liste de problèmes, notamment des arrestations et détentions arbitraires et des restrictions à la liberté d’expression, de réunion et d’association. En mars, la haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a demandé à l’Algérie de « changer de cap » pour « garantir le droit de son peuple à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique. »

« Être un militant des droits de l’homme en Algérie est devenu très difficile », a déclaré Zaki Hannache, un militant du Hirak récemment libéré temporairement de prison. « Être un militant qui refuse le système est compliqué. Cela implique même des sacrifices. »

Hannache, surtout connu pour avoir gardé la trace des arrestations liées au Hirak, a été arrêté et emprisonné en février pour une série d’accusations, dont l’apologie d’actes terroristes.

La confession présumée de Benhalima saisit la combinaison de maux contre laquelle l’Algérie prétend se battre. Il a déclaré qu’il était sous le charme de Rachad et en contact avec son chef basé à Londres et ses deux frères. Selon l’agence de presse officielle APS, Benhalima a confirmé « l’implication de l’organisation terroriste Rachad dans des plans abjects visant la stabilité de l’Algérie et de ses institutions en exploitant des jeunes égarés ».

Le site Web de Rachad affirme que la vidéo de la police montre les aveux forcés d’un « otage » dans le cadre d’un exercice de propagande des services de sécurité.

Les véritables objectifs de Rachad ne sont pas clairs, mais l’organisation est une cible clé de la répression algérienne. En décembre, Rachad a déclaré avoir déposé une plainte auprès d’un rapporteur spécial des Nations unies concernant la classification « arbitraire » du groupe par l’Algérie en tant qu’organisation terroriste et a demandé aux autorités des Nations unies d’exhorter l’Algérie à cesser ses « pratiques illégales ».

L’Espagne a expulsé Benhalima en raison d’intérêts liés à la sécurité nationale et d’activités « susceptibles de nuire aux relations de l’Espagne avec d’autres pays », selon Amnesty International. L’Espagne a expulsé un autre déserteur, Mohamed Abdellah, un gendarme dissident, vers l’Algérie en août dernier. Amnesty International l’a décrit comme un dénonciateur.

L’Espagne a tout intérêt à rester en bons termes avec l’Algérie, qui répond à une grande partie de ses besoins en gaz.

Selon le Comité national pour la liberté des détenus, quelque 300 personnes sont derrière les barreaux en Algérie pour leurs opinions politiques. Jusqu’à 70 d’entre elles ont bénéficié d’une liberté provisoire au début du mois sacré du ramadan, mais d’autres ont été arrêtées depuis.

Dans une affaire emblématique pour les journalistes algériens, l’homme qui dirige la radio M, au franc-parler, et le site d’information en ligne Algérie Emergent, Ihsane El-Kadi, risque trois ans de prison avec une interdiction de travailler pendant cinq ans pour avoir prétendument attaqué l’unité nationale, entre autres choses. Il avait soulevé l’ire d’un ancien ministre de la communication avec une chronique plaidant pour que le mouvement de contestation Hirak ne se divise pas autour de Rachad. Le verdict est prévu pour la semaine prochaine.

Le président Abdelmadjid Tebboune a récemment lancé une initiative mal définie baptisée « mains tendues », décrite comme un « front interne » visant à promouvoir le dialogue entre tous les secteurs de la société. Le chef de l’armée, Saïd Chengriha, a suggéré dans plusieurs discours qu’il s’agissait également de contrer les ennemis perçus de l’Algérie. Cette initiative précède les célébrations, le 5 juillet, du 60e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie vis-à-vis de la France, obtenue après une guerre brutale de sept ans.

« Personne ne peut refuser » de participer à cette initiative, a déclaré Abou El Fadl Baadji, secrétaire général du Front de libération nationale, autrefois le seul parti politique algérien. Il fait partie des responsables que Tebboune a récemment rencontrés à ce sujet. Les gens « attendent avec suspense le contenu de cette initiative… mais nous sommes pour cette idée, même avant de connaître les détails. »

Benhalima attend le verdict de son appel d’une condamnation à 10 ans de prison après avoir été condamné par contumace pour atteinte à la vie privée et aux intérêts de l’État, liée à ses publications en ligne sur l’armée algérienne, y compris des informations confidentielles sur des officiers supérieurs.


Lotfi Bouchouchi à Alger, Algérie, Contribution.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Arrestations politiques et inéluctabilité du véritable changement (Blog)

Article suivant

UN TOURISME SINISTRÉ DANS UNE ALGÉRIE FERMÉE

Latest from Blog

Gaza : la complicité écœurante de la bourgeoisie française

Par Politicoboy | 8 Mai 2024 | frustrationmagazine.fr Pendant que France Télévision diffusait la nuit des Molières de la Comédie française, l’armée israélienne a déclenché son offensive tant redoutée contre Rafah. Les premiers rapports font état

Ce que la Palestine fait au monde

ALAIN GRESH · LE 2 MAI 2024 In orientxxi.info L’offensive israélienne contre Gaza depuis le 7 octobre montre plus que jamais l’impunité totale d’Israël et un soutien inconditionnel apporté à Tel-Aviv par la majorité

La gouvernance néolibérale en marche

Rafik Lebjaoui, Algeria-Watch, 21 Avril 2024 La gestion ultra autoritaire de la pandémie du Covid a indiqué clairement l’orientation choisie par l’oligarchie occidentale pour assurer le contrôle des populations et encadrer les
Aller àTop